top of page
Rechercher

Ce clip a 4 ans aujourd’hui.

J’ai toujours eu envie de mettre une musique sur un texte de Bernard Dimey.

Et puis un jour une mélodie swing me vient sur « Quand on a rien à dire et du mal à se taire ». Je me dis que la voix de Sanseverino serait parfaite dessus. Il ne chantait plus vraiment de swing depuis quelques années, moi non plus. L’occasion de remettre le couvert.

Une fois le titre dans la boite, il me dit : «On pourrait faire un clip non ?»

Enthousiaste, je file chez Manuel, au Musée d'Art Populaire, pour lui demander l’autorisation de tourner chez lui.

Le lieu est extraordinaire. Entre Poitiers et le Futuroscope c’est un trou dans l’espace temps. Une enclave poétique sur cette nationale degueulasse. Un Bordeloscope fabuleux qui ne ressemble en rien à ce qui est formaté et aseptisé pour faire recette.

Ça nous a pris 2h à tourner, pas plus.

C’est plutôt une sorte de Scopitone. Grenouilles Productions - Productions Cinéma & audiovisuelle était derrière la caméra.

Un chouette souvenir.

Allez y faire un tour pour le Black Friday, y’a rien à vendre.



7 vues0 commentaire
bottom of page