top of page
Rechercher

Nous sommes à l’automne 2000

Depuis quelques mois j’ai rencontré une bande de mecs qui ne pensent qu’à jouer de la musique. On n’a pas de fric, on est jeune et on passe l’été à jouer du Django dans la rue. Faire la manche, se marrer et se ruiner les doigts sur des instruments au confort rudimentaire. C’est la vraie bohème et je n’ai jamais été aussi libre de ma vie. On n’a aucun plan de carrière, on se dit juste que plus on joue plus on est heureux. Il nous faut un enregistrement pour faire écouter aux patrons de bars susceptibles d’engager une bande de branleurs comme nous. D’habitude on débarque avec les instruments et on joue devant le tôlier qui généralement nous dit de revenir le samedi prochain et nous file un billet chacun. C’est pas grand chose mais comme on est fauché et qu’on a toujours envie de jouer... On trouve un petit studio qui pour un budget abordable installe un micro devant chacun de nous. L’enregistrement dure une journée. On met six morceaux dans la boîte et on en garde cinq. Finalement on décide de faire presser un CD parce qu’on se dit que si on arrive à en vendre quelques uns, ça rapportera toujours un peu plus de fric que de faire passer le chapeau. C’est comme ça qu’a été enregistrée cette version des « Deux guitares ». Aujourd’hui elle totalise plus de 28 millions d’écoutes rien que sur YouTube. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi, parce que notre jeu est maladroit et que ce titre est un vieux poncif interprété par des tas de musiciens bien meilleurs que nous à l’époque. Je pense que ce qui s’entend sur cet enregistrement c’est la joie de jouer et la sincérité totale avec laquelle nous vivions cette musique.



2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page