top of page
Rechercher

Hier après-midi j’intervenais devant une soixantaine de lycéens avant le concert du soir




... afin de discuter de chansons et d’expliquer un peu en quoi consiste mon métier. Avant de commencer la séance, les profs ont demandé à chaque élève de déposer leur téléphone dans une boîte à l'entrée de la salle. Je ne suis pas habitué aux interventions en milieu scolaire et j'étais étonné de constater qu’ils attendaient quasi silencieusement avant d’entrer dans l’amphi, chacun le nez sur son écran, alors qu’il y a quelques années c'était dans le brouhaha que nous nous installions. Sur la totalité des ados présent hier, à peine cinq ou six connaissaient Brassens. J’ai découvert Brassens, les Beatles, Brel, Piaf, Dylan... en écoutant les disques de mes parents sur l'électrophone familial. La musique de la génération précédente m’a été transmise car pour l'écouter, il fallait la partager. Aujourd’hui chacun écoute sa playlist sur son téléphone avec des écouteurs et je constate que cela a une énorme influence sur les transmissions intergénérationnelles. Vous ne m’entendrez jamais dire que c’était mieux avant parce que je pense très sincèrement que c’est une phrase de vieux con. Je pense juste qu’il y a des choses mieux aujourd’hui, qu’il y avait aussi des choses mieux avant, mais je regrette le temps des jukebox et du partage de la musique.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page