Nicolas Moro

Nicolas Moro

Nicolas MORO (Chansons)

logo-agenda-culturel.png

suivez-nous-facebook.jpg

avril 2018 : SORTIE DE L' ALBUM :

"L'amour est un oiseau volage"

 

couv CD Moro.png

 

ACHAT EN LIGNE ICI

 

since 1960.png

 

 

EMISSION FRANCE BLEU POITOU LIVE

Diffusion samedi  16 juin 2018

podcast ICI

 

 

 

 

REPORTAGE FRANCE 3 Poitou-Charentes

08/06/2018

Dans son premier album solo intitulé "L'amour est un oiseau volage", Nicolas Moro explore tous les styles, seul avec sa guitare ou accompagné. C'est la rencontre culturelle de ce vendredi.

 


 

 

21 avril 2018:

"NosEnchanteurs a déjà tenté de vous présenter Nicolas Moro. Mais est-il présentable ? On ne peut jamais d’une sculpture donner qu’une photo, il manquera toujours la troisième dimension. Il en est de même d’un CD. Voici donc une belle photo musicale, même si elle ne donne qu’un angle de vue du David qui défie les Goliath de la chanson. Le côté sexy qui attire le regard des dames vers le modèle de Michel-Ange est même perceptible à l’oreille, mais cela ne pourrait suffire à la réussite de l’album. Il y a beaucoup plus.

Plus que David pile ou face, on pourrait évoquer un Janus a deux visages. Nicolas Moro est aussi Stompin’ Joe lorsqu’il est tourné vers l’outre-Atlantique avec les pionniers du blues des années 30, jouant de trois instruments à la fois. Lorsqu’il a le visage de Nicolas Moro, c’en toujours un remarquable musicien, avec quinze ans d’expériences multiples qu’il a choisi de mettre désormais au service de la chanson. Il a donc rassemblé pour cet album, avec Richard Puaud aux manettes, une vingtaine parmi les meilleurs instrumentistes rencontrés dans son parcours, comme Éric Sansiquet à la contrebasse, Alban Mourgues à la batterie, Cajoune Girard… le mieux est encore d’écouter plutôt que disséquer. Chaque chanson a sa propre ambiance et pourtant l’unité de ton donne un certain caractère à l’album. Ce n’est pas la moindre contradiction apparente. Le Janus n’est pas contradictoire, il est plus complexe. Il a un champ du possible hors du commun.

Le disque commence avec un twist qui fait le grand écart sur un demi-siècle, juste pour nous dire qu’il ne faut pas prendre au sérieux les drames qui suivent. Les paroles sont d’une simplicité désarmante, on croirait de l’Aznavour. Je résume : il l’aime, elle va partir, il est triste. Bon ! Mieux vaut en rire ; mais justement c’est le but. L’autodérision est là, toujours plus ou moins dans l’ombre ou parfois au grand jour comme dans l’incontournable Montmorillon Swing, dans Winchester, ballade pathétique et désabusée ou encore Louise — on pense au héros pitoyable de Ne me quitte pas —  sur un blues bien enlevé comme il se doit. 

On ne peut appréhender le pseudo-looser d’aujourd’hui que par référence aux grands noms d’hier. Goliath a sa légende, mais David a de la ressource. Nicolas connaît la musique, et il a aussi une solide culture de la chanson. Il parle en privé aussi bien de Bernard Dimey que de Sansévérino, et sous le vernis de la dérision, on trouvera toute la profondeur humaine qui se cache timidement dans le second degré.

Pour le mouvement, Jazz New-Orleans, calypso, swing, il sait tout faire et même un tango mandoliné napolitain pour cerner Le Destin des Affreux, qui ne sont pas laids seulement pour l’apparence…

Et quand il sort de l’Ombre pour reprendre son sérieux, on sent du J-R. Caussimon dans son tableau :

Le long des rames déambule
Un cortège de somnambules
La même absurde transhumance
Qui chaque matin recommence

Nicolas Moro affirme volontiers faire des chansons variées, accessibles, avec des termes simples et des mélodies évidentes. On se surprendrait en effet à siffloter l’un de ses refrains, presque par mégarde, mais avec un réel plaisir. On sait aussi que réussir ainsi dans la simplicité suppose un grand talent et beaucoup de travail. Comment croyez-vous que David ait vaincu Goliath avec un simple caillou ? " Michel Trihoreau (NosEnchanteurs, Le Quotidien de la Chanson)

 

 Moro solo 1.jpg
Moro solo 2.jpg
Moro solo 3.jpg

 

Nicolas Moro : dandy punk à l'humour ravageur, aux textes ciselés toujours justes, drôles ou tendres, à la Gibson aux accents bluesy-folkeux-andalouseux-twisteux-rock'n'rolliens, pétri de générosité et qui t'embarque un public d'une voix grave et belle....Ce garçon a un énorme talent.
Merci Nicolas pour ce concert, le public unanime pour dire que ça fait du bien, et l'asso pour te garder une porte ouverte permanente au sein de "Comme à la Maison".

(Pellegrue 22/04/18)

 

Crédit photos: Annie Coudert

 

 

Article dans la Gazette Tsouin Tsouin

16 avril 2018

 

 

"— Et sinon, c’est quoi comme genre ?
— Je sais pas… chanson française ?
Le swinger de Montmorillon n’a pas la classe Bobby Ewing, ni son standing ni son brushing, mais avec le smoking de Dick Rivers, ça passe. Son premier album vient de sortir et c’est du supérieur. Avec du twist, du tango, de la country, du blues, de la java, du 'n roll, du jazz, du « rive gauche », de la biguine et même des tubes. Sans parler de textes formidables. Mais vraiment formidables. Je ne sais pas bien à quoi ressemble la chanson française ces jours-ci mais, si tout était bien organisé, ce devrait être à "L'Amour est un oiseau volage", le premier opus de Nicolas Moro..."

 

 

Capture d’écran 2018-02-14 à 20.06.34.png

 © label Sans Provision

Capture d’écran 2018-02-22 à 12.32.00.png

 

 

 "....SÛR que les chansons de Nicolas Moro ont de la gueule (et de l’oreille) ..." Dominique CRAVIC (le 16/04/18)

 

 30706166_865082466997248_9030427013161647018_n.jpg

 

 

Emission sur Radio Agora, 5 avril 2018

en écoute podcast ICI

 

BON APPETIT MES AMIS // SAISON 3, EPISODE 132
MIDI/13H DU LUNDI AU VENDREDI // REDIFF 19H/20H // RADIO AGORA 106.2 // www.radioagora86.fr

 

 

 

 

Tous les musiciens de l'album "L'amour est un oiseau volage"

 Musiciens l'Amour est un oiseau volage.jpg

 de gauche à droite et de haut en bas :)
Igor Tellier : Violon, chœurs
Thomas Couvrat : Clarinette, chœurs
Cajoune : Washboard, chœurs
Richard Puaud : Prise de son et mixage
Nicolas Moro : Chant, guitare, mandoline etc...
Un poulet mort.
Pascal Denis : Piano
Éric Sansiquet : Contrebasse
Jean Carmet et son vélo (Bon c’est pas vrai, mais j’avais une case à remplir et j’adore Jean Carmet)
Patrick Ingueneau : Chœurs
Mickaël Talbot : Chœurs
Tony « Raoul » Ribo : Banjo Ténor
Gaël Pététin : Batterie
Mimile Bodet : Trompette
Stéphane Barral : Contrebasse
Pascale Berthomier : Violoncelle
Pascal Peroteau : Sax Baryton
Marc Antony : Trombone
Manou Lefeuvre : Accordéon
Sebastien Girard : Contrebasse
Alban Mourgues : Batterie
Michel Delage : Soubassophone
La table de mixage de Richard Puaud
Éric Proud : Accordéon

 

 

 

 

Le grand invité de France Bleue Poitou le 23 janvier 18:

en écoute ICI

 

 Dans la presse: (clic sur le lien ci dessous)

Nouvelle République 23 janvier 18

Capture d’écran 2018-01-23 à 11.24.45.png

 

Capture d’écran 2018-01-20 à 16.40.39.png

Nicolas Moro (chant, guitares), Alban Mourgues (batterie), Eric Sansiquet (contrebasse)

Extraits de concert Eté 2017 (Marigny 86)

Avec Eric Sansiquet à la contrebasse et Jérôme Bellicaud à la batterie

La presse spécialisée en parle !!

Ici article du magazine "NOS ENCHANTEURS, LE QUOTIDIEN DE LA CHANSON"

10/06/2017

Le Moro de Montmorillon

Sorti d’Opa Tsupa, une espèce de bric-à-brac gypsy-swing burlesque, où il a travaillé son art pendant quinze ans, Nicolas Moro s’est lancé tout seul, à sa manière, avec une guitare en bois, une gestuelle adaptée, une gueule de séducteur qui n’y croit pas, une simplicité d’apparence qui cache un réel talent de musicien et d’auteur.

Il fait ses chansons tout seul, se présente tout seul sur scène et personne ne s’en plaint. On a l’impression, lorsqu’il arrive, que le public va le manger tout cru. S’il joue les fanfarons, personne ne le prend au sérieux et c’est précisément ce qu’il veut. Il nous a bluffés et très vite on rentre dans son jeu. Le faux looser est un vrai pro. Il n’a pas la voix d’Otis Redding, il n’a pas le son de Led Zeppelin, mais il a bien plus que le Montmorillon swing. On a l’impression qu’il s’est nourri de rock, de zouk, de salsa, de musette, de tout ce qui peut agiter les pieds et le reste. C’est étonnant comme une simple guitare peut créer une telle fête. Il faut croire qu’elle est en bonnes mains.

Ne vous fiez pas à son style de chanteur pour feux de camp ou pour soirées entre copains. Cette apparente décontraction n’est là que pour mieux vous étonner lorsque vous écoutez ses chansons. Le verbe est précis, vif, direct, avec une touche de poésie. On pense davantage à Boris Vian qu’à Mallarmé, et c’est tant mieux. Il puise ses chansons dans des tranches de vies qui sentent le vécu. L’anti-héro de BD qui s’y exprime est-il compatible avec le chanteur exigeant et talentueux qui les met en scène ? Oui, sans doute, puisque ça marche.

Parti de Montmorillon pour tourner avec Opa Tsuma dans les plus grands festivals en France et ailleurs, il repart en solo, dans la proximité de ces petites salles qui résistent, là où l’on peut échanger les regards, où la connivence et la complicité savent dégager l’essentiel de la chanson.

Nouveau clip !
Réalisation : Armelle Dousset

 
 
Capture d’écran 2017-05-25 à 16.13.41.png
Moro affiche pluie.jpg

 

Les chansons de Nicolas Moro racontent des histoires.

Des histoires toutes simples, poétiques et attachantes, pimentées de cet humour caustique qui crée immédiatement une complicité avec l'auditeur.

Instrumentiste émérite, seul en scène avec sa guitare, il interprète de sa voix chaude et mélancolique des textes remarquablement bien ciselés, portés par l'élégante efficacité de ses mélodies.

Un auteur compositeur interprète qui s'inscrit dans cette tradition où paroles et musique font corps pour donner vie à des chansons populaires de grande qualité.

 

Capture d’écran 2017-02-25 à 13.01.50.png

©Photo Manuel Vimenet . Graphisme: Amandine Alamichel
article Sud ouest Moro 10 août 16.jpg

Capture d’écran 2016-08-25 à 18.58.05.png

 

 Rencontre avec Nicolas Moro. France 3 (3 mai 2016)

 Reportage France 3 making-off du clip

 

Article dans "la Nouvelle République" 1

Article dans "la Nouvelle République" 2

 

Capture d’écran 2016-05-17 à 12.05.05.png

 

LE CD 4 TITRES

Capture d’écran 2016-04-21 à 10.56.00.png

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-01-28 à 12.02.44.png


 

 

 

..."Il y a dans les chansons de Nicolas Moro comme une évidence de la pièce achevée, comme une simplicité d'apparence qui cache un travail méticuleux et précis.

Musicien d'expérience, en quelques notes, il conquiert l'auditeur par ses dons de mélodiste et ses textes ou l'humour laisse transparaitre  son amour du mot juste,  et son approche ludique du langage.

 Des histoires de " loser magnifique " qu'il interprète de sa voix chaude, posée et sans effets superflus, soucieux de mettre en valeur la qualité de chaque couplet sans avoir besoin d'en donner une interprétation artificielle pour faire diversion.

 Nicolas Moro s'inscrit dans la tradition des auteurs compositeurs interprètes aux univers immédiatement reconnaissables, qui abordent la chanson populaire avec un soin quasi artisanal, désireux de présenter des œuvres qu'on retient tout de suite et dont on ne se lasse jamais." S. Abdoul.

 

©Sylvia Vasseur

 

 

 

Article Nouvelle République (juillet 15)

Capture d’écran 2016-01-27 à 13.50.26.png

 

 

29 & 30 avril 15 au LIMONAIRE. Paris 9°

Avec Nicolas Jules

©Maité

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.22.38.png

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.22.21.png

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.21.55.png

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.22.59.png



23/03/2015
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 166 autres membres