Nicolas Moreau

Nicolas Moreau

MORO (Chansons Franšaises)

Extraits de concert Eté 2017 (Marigny 86)

La presse spécialisée en parle !!

Ici article du magazine "NOS ENCHANTEURS, LE QUOTIDIEN DE LA CHANSON"

10/06/2017

Le Moro de Montmorillon

Sorti d’Opa Tsupa, une espèce de bric-à-brac gypsy-swing burlesque, où il a travaillé son art pendant quinze ans, Nicolas Moro s’est lancé tout seul, à sa manière, avec une guitare en bois, une gestuelle adaptée, une gueule de séducteur qui n’y croit pas, une simplicité d’apparence qui cache un réel talent de musicien et d’auteur.

Il fait ses chansons tout seul, se présente tout seul sur scène et personne ne s’en plaint. On a l’impression, lorsqu’il arrive, que le public va le manger tout cru. S’il joue les fanfarons, personne ne le prend au sérieux et c’est précisément ce qu’il veut. Il nous a bluffés et très vite on rentre dans son jeu. Le faux looser est un vrai pro. Il n’a pas la voix d’Otis Redding, il n’a pas le son de Led Zeppelin, mais il a bien plus que le Montmorillon swing. On a l’impression qu’il s’est nourri de rock, de zouk, de salsa, de musette, de tout ce qui peut agiter les pieds et le reste. C’est étonnant comme une simple guitare peut créer une telle fête. Il faut croire qu’elle est en bonnes mains.

Ne vous fiez pas à son style de chanteur pour feux de camp ou pour soirées entre copains. Cette apparente décontraction n’est là que pour mieux vous étonner lorsque vous écoutez ses chansons. Le verbe est précis, vif, direct, avec une touche de poésie. On pense davantage à Boris Vian qu’à Mallarmé, et c’est tant mieux. Il puise ses chansons dans des tranches de vies qui sentent le vécu. L’anti-héro de BD qui s’y exprime est-il compatible avec le chanteur exigeant et talentueux qui les met en scène ? Oui, sans doute, puisque ça marche.

Parti de Montmorillon pour tourner avec Opa Tsuma dans les plus grands festivals en France et ailleurs, il repart en solo, dans la proximité de ces petites salles qui résistent, là où l’on peut échanger les regards, où la connivence et la complicité savent dégager l’essentiel de la chanson.

Nouveau clip !
Réalisation : Armelle Dousset

 
 
Capture d’écran 2017-05-25 à 16.13.41.png
Moro affiche pluie.jpg

 

Les chansons de Nicolas Moro racontent des histoires.

Des histoires toutes simples, poétiques et attachantes, pimentées de cet humour caustique qui crée immédiatement une complicité avec l'auditeur.

Instrumentiste émérite, seul en scène avec sa guitare, il interprète de sa voix chaude et mélancolique des textes remarquablement bien ciselés, portés par l'élégante efficacité de ses mélodies.

Un auteur compositeur interprète qui s'inscrit dans cette tradition où paroles et musique font corps pour donner vie à des chansons populaires de grande qualité.

 

Capture d’écran 2017-02-25 à 13.01.50.png

©Photo Manuel Vimenet . Graphisme: Amandine Alamichel
article Sud ouest Moro 10 août 16.jpg

Capture d’écran 2016-08-25 à 18.58.05.png

 

 Rencontre avec Nicolas Moro. France 3 (3 mai 2016)

 Reportage France 3 making-off du clip

 

Article dans "la Nouvelle République" 1

Article dans "la Nouvelle République" 2

 

Capture d’écran 2016-05-17 à 12.05.05.png

 

LE CD 4 TITRES

Capture d’écran 2016-04-21 à 10.56.00.png

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-01-28 à 12.02.44.png


 

 

 

..."Il y a dans les chansons de Nicolas Moro comme une évidence de la pièce achevée, comme une simplicité d'apparence qui cache un travail méticuleux et précis.

Musicien d'expérience, en quelques notes, il conquiert l'auditeur par ses dons de mélodiste et ses textes ou l'humour laisse transparaitre  son amour du mot juste,  et son approche ludique du langage.

 Des histoires de " loser magnifique " qu'il interprète de sa voix chaude, posée et sans effets superflus, soucieux de mettre en valeur la qualité de chaque couplet sans avoir besoin d'en donner une interprétation artificielle pour faire diversion.

 Nicolas Moro s'inscrit dans la tradition des auteurs compositeurs interprètes aux univers immédiatement reconnaissables, qui abordent la chanson populaire avec un soin quasi artisanal, désireux de présenter des œuvres qu'on retient tout de suite et dont on ne se lasse jamais." S. Abdoul.

 

©Sylvia Vasseur

 

 

 

Article Nouvelle République (juillet 15)

Capture d’écran 2016-01-27 à 13.50.26.png

 

 

29 & 30 avril 15 au LIMONAIRE. Paris 9°

Avec Nicolas Jules

©Maité

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.22.38.png

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.22.21.png

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.21.55.png

Capture d’écran 2016-01-27 à 14.22.59.png



23/03/2015
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres